Ajouter aux favoris
Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

La Tauromachie Espagnole

LA NOVILLADA NON PIQUEE

La novillada non piquée est le premier niveau dans les spectacles officiels avec mise à mort. Les jeunes novilleros, issus des écoles taurines, combattent des toros âgés de 2 à 3 ans (erales). Dans les novillada non piquée, il n'y a pas d'intervention des picadors à cheval, c'est pourquoi elles sont aussi appelées novillada sans picador ou novillada sans chevaux.

Après avoir torée un minimum de 20 novilladas sans picador, les jeunes toreros pourront prétendre à passer en novillada piquée (avec picador) et affronter des toros âgés de 3 à 4 ans (novillos). Plus tard seulement, lorsque ces novilleros auront acquis suffisamment d'expérience pour pouvoir affronter des toros de plus de 4 ans, viendra le passage en corrida lors de l'alternative qui les consacrera définitivement matador de toros.

Pour en savoir plus http://www.vivement5heures.fr

 

LA CORRIDA

La corrida (mot espagnol, de correr : « courir ») est une course de taureaux consistant en un combat à l'issue duquel le taureau est mis à mort.

Se déroulant dans des arènes, la corrida est un spectacle tauromachique, issu d'une longue tradition, où la mise à mort est effectuée par le matador, à pied et armé de sa seule épée.

Une corrida commence par un paseo, le défilé initial de tous les participants. Le combat se divise ensuite en trois parties, trois tercios (« tiers ») : au cours de la première partie, le tercio de pique, deux picadors affrontent le taureau et le blessent à l'aide d'une longue pique, ce qui permet à la fois de l'affaiblir et d'évaluer son comportement. Au cours du deuxième tercio, le tercio de banderilles, des banderilleros, voire le matador lui-même, plantent trois paires de banderilles dans le dos du taureau. Enfin, lors du troisième tercio (la mise à mort proprement dite), le matador, après une faena, une série de passes exécutées avec sa muleta, met à mort le taureau par l'estocade portée avec son épée.

Considérée par les aficionados et nombre de ses historiens comme un art, la corrida a inspiré de nombreux créateurs aussi bien en peinture, qu'en littérature, en musique et au cinéma.

 

LA COURSE PORTUGAISE

La course portugaise ou corrida portugaise est une forme de corrida à cheval, elle compte le plus souvent trois cavaliers, en portugais cavaleiros, qui affrontent chacun un taureau.

Comme pour la corrida pédestre, le spectacle commence par le salut à la présidence, et au public, en effectuant un galop de côté, face aux barrières, faisant ainsi tout le tour de la piste. Ensuite les cavaliers se lancent dans une sorte de parade, ressemblant à un manège.

 Dans la corrida portugaise, le taureau a les cornes gainées de cuir et le taureau n'est pas tué dans l'arène, alors que dans la corrida équestre espagnole, le taureau est tué par un rejón dont la lame plus grande, permet la mort du taureau. On appelle cela, le "rejón de muerte".

 

LA COURSE CAMARGUAISE

La course camarguaise est un sport dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs fixés aux cornes d'un taureau. Ce jeu sportif, sans mise à mort, est pratiqué dans surtout dans le sud-est de la France.

Il y a trois attributs :

- La cocarde, un ruban de couleur rouge d'une dimension de cinq à sept centimètres de longueur et de un centimètre de largeur. La cocarde se trouve attachée à l'aide d'une ficelle sur le haut de front du taureau et au centre.

- Le gland, un pompon de laine blanche. Il y en a deux accrochés par la ficelle à la base de chaque corne.

- La ficelle, enroulée autour de la corne avec un nombre de tours variable et déterminé par le classement du taureau.

Grands sites Midi-Pyrénées
  • Français
  • English
  • Español